KARLE, Vincent

Biographie de l'auteur :

ANTIBIOGRAPHIE

Vincent Karle n’est pas né le 29 avril 1980 (il aurait pleuré la mort d’Alfred Hitchcock), ni le 29 avril 1899 (il aurait applaudi la naissance de Duke Ellington), mais un 29 avril juste entre les deux.

Il n’est pas venu au monde dans les Alpes, mais ses racines y sont plantées depuis longtemps et ce n’est peut-être pas un hasard s’il y habite aujourd’hui. Il n'a ni chien, ni chat, ni poisson rouge, il a seulement trois enfants. Il n'habite pas de villa avec jardin ni de loft dans un immeuble réhabilité, il vit entre trois montagnes.

Il n'écrit ni cloîtré dans une chambre minuscule bourrée de livres, ni attablé devant son portable à la terrasse d'un café, il prend des notes au crayon sur un petit carnet, dans le tram, pendant un concert, à table ou au lit.

Il n’a pas de site internet, pas de blog d’écrivain, il ne tient aucune rubrique littéraire dans aucun journal. Il n’a reçu aucun prix littéraire, aucune bourse, aucune distinction particulière dans aucune catégorie de rien du tout, et avec ses premiers droits d’auteur, il a offert une guitare électrique à sa femme.

Vincent Karle ne se consacre pas exclusivement à l’écriture. On sait seulement qu'après avoir été successivement foetus, bébé, enfant, adolescent (et à peu près en même temps écolier, collégien, lycéen, étudiant), il a pris sa vie en main pour devenir chômeur, stagiaire, intérimaire précaire, puis écrivain.

Il n’a pas vécu à Rome ni à Las Vegas ou à Chatuzange-le-Goubet, mais certains affirment l'avoir croisé à Marseille, Venise, Paris, Dublin, New-York, Madrid…

Il n’écrit pas tous les jours, avec rigueur et abnégation, mais seulement lorsqu’il le peut, lorsqu’il le veut, lorsqu’il en a le besoin, l’énergie, l’envie : souvent la nuit, le ouiquinde et les jours fériés.

Il n'aime pas le bricolage, la plage et les fruits de mer.

Vincent Karle n’est pas mort, il n’a pas encore décidé de la date.

Bibliographie de ses livres :

BIBLIOGRAPHIE en 3 dates et 3 points de suspension...

• Le 29 avril 1916 l'insurrection de Pâques s'achève à Dublin. Le 29 avril 2006, jour de ses 30 ans, Vincent Karle termine à Dublin son premier roman La brume & la rosée (Castells, 2006, poche, dès 15 ans) • Irlande, 1916 : en pleine insurrection nationaliste, Liam, jeune engagé volontaire républicain, se lance à travers Dublin où les combats font rage.

• En novembre 2008, la police expulse des enfants sans-papiers d'une école à côté de chez lui. Colère, tristesse, peur : sous le coup de l'émotion il écrit Un clandestin aux Paradis (Actes Sud junior, 2009, poche, dès 12 ans – éd. US : Annick Press 2010 / Allemagne : Klett 2011) • Récit à chaud d'une descente de police dans un lycée, qui se termine par l'expulsion d'un jeune sans-papiers, racontée par son copain de classe.

• En mai 2009, il rencontre à la fois la famille Ayari, sans-papiers d'origine tunisienne vivant en France, et le photographe Guillaume Ribot. Ensemble, ils travaillent 3 ans pour sortir [OQTF] Obligation de Quitter le Territoire Français (Le bec en l'air, 2012, textes & photos – à voir aussi : l'exposition du Musée de la Résistance à Grenoble) • Entre comédie et tragédie, histoires et portraits d'un quotidien sans papiers.

• À suivre : un roman jeunesse amer indien • un roman noir marseillais • un roman de la mémoire sur les traces de son arrière grand-père exilé espagnol •••

Éditeur de poche : Actes Sud

Message perso de l'auteur :

Mon vrai coup de coeur bientôt en poche : Dans la mer il y a des crocodiles de Fabio Geda (éd. Liana Levi)

Mon second coup de coeur déjà en poche mais moins coup de coeur : Bilal sur la route des clandestins de Fabrizio Gatti (même éditeur)

Dans la mer il y a des crocodiles c'est l’histoire vraie d’Enaiatollah Akbari, dix ans, promis à la mort : son périple pour fuir l'Afghanistan et parvenir au bout de cinq ans jusqu'en Italie. C'est un récit d'aventures, un roman initiatique, un témoignage humain, c'est dur, absurde, surprenant, cruel, drôle, c'est vivant ! Ulysse, Don Quichotte et Tom Joad sont toujours vivants, ils s'appellent Enaiat et ils sont Afghans.

Bilal c'est presque aussi fort : le journaliste Fabrizio Gatti est devenu Bilal, immigré imaginaire qui traverse la moitié de l'Afrique pour rejoindre l'Europe. Odysséen !


Dédicace(s) du samedi

10
10½
11
11½
12
12½
13
13½
14
14½
15
15½
16
16½
17
17½
18
18½
                  
Romans                  
Essais                  
Polars                  
SF                  
JeunesseXXXXXX    XXXXXXX 
Autre                  

Dédicace(s) du dimanche

10
10½
11
11½
12
12½
13
13½
14
14½
15
15½
16
16½
17
17½
                
Romans                
Essais                
Polars                
SF                
Jeunesse                
Autre