BARBERAT, Angélique

Biographie de l'auteur :

 

Bio… Trois lettres qui ont un drôle de pouvoir sur moi. Les phrases s’effritent, les mots se désagrègent. La page blanche s’installe et je ne sais plus rien. Qu’est-ce que une bio ? Un déroulé de faits, d’acquis ou une introspection ? Qu’ai-je fait pendant toutes ces années ?  

Oh ! Je pourrais commencer par le début. Donner des dates, des tailles, des mesures, des noms de villes, de pays, de professeurs, d’amis, de personnes rencontrées à la sauvette dont je n’ai pas oublié les mots ou le regard… Évoquer mon grand-père russe qui me racontait des histoires avec une étincelle dans les yeux, dire que j’ai été moi-même conteuse… Mais où placer l’écriture ? Avant ou après la maîtrise du crayon ? Avant ou après avoir vécu suffisamment pour en être capable ?

Si je n’écris pas sur moi, je sais qu’il a fallu que je construise ma vie personnelle, sentimentale et familiale pour en être capable. Il a fallu le regard de mes enfants pour ne plus avoir peur d’être lue. Ils ne m’ont encore jamais demandé pourquoi j’écrivais. Mais s’ils le font, je dirais qu’Hopper peignait ce qu’on ne pouvait dire avec des mots. Je pense écrire ce qui ne peut être peint. J’aime passionnément fermer la porte de mon atelier et entrer dans un monde où prennent vie sous mes yeux des sentiments, des ressentis, des émotions, des couleurs, des liens, la Vie…

Je n’ai pas l’impression d’y être pour grand-chose et, pourtant, il me semble avoir le pouvoir de défier le Temps, d’oublier les années inutiles et de sublimer les secondes d’exception. Et je trouve particulièrement délicieux l’instant où la création m’échappe pour vivre, libre.

 

Bibliographie de ses livres :

 

Bertrand et Lola : MICHEL LAFON

 

L’instant précis où les destins s’entremêlent : MICHEL LAFON et J'ai Lu.

 

Le fabulleux roman de Sacha : Morrigane Editions. (enfants)

 

 

 

Éditeur de poche : J'ai Lu

Son coups de coeurs en poche :

Le mort (The Dead)
James Joyce

Message perso de l'auteur :

C'est un roman court, qui promène le lecteur avec une certaine indolence et qui le percute à la fin d'une façon absolument tragique. Un homme comprend avec les aveux de sa femme que leur amour n'est qu'illusion. Soudain, sa propre vie lui apparaît telle qu'elle est : pathétique, sans ampleur, terriblement fade.

C'est beau, triste, poétique et infiniment juste dans les émotions.  


Dédicace(s) du samedi

10
10½
11
11½
12
12½
13
13½
14
14½
15
15½
16
16½
17
17½
18
18½
                  
Romans XXXXX    XXXXXXXX
Essais                  
Polars                  
SF                  
Jeunesse                  
Autre                  

Dédicace(s) du dimanche

10
10½
11
11½
12
12½
13
13½
14
14½
15
15½
16
16½
17
17½
                
Romans XXXXX    XXXXXX
Essais                
Polars                
SF                
Jeunesse                
Autre