CHARDIN, Alexandre

Biographie de l'auteur :

J’ai voulu être coiffeur, dresseur de chenilles urticantes, skieur de l’extrême, aventurier, mais je n’imaginais pas devenir enseignant, ni auteur…merveilleuses surprises !

Je me nourris de rencontres : mon amoureuse à l’université, mes lumineux enfants, un renard au bord de la rivière, le regard d’un loup sur une route d’Alaska, des personnages qui me murmurent à l’oreille : « écris-moi ! », mes lecteurs aux yeux pétillants, la lumière et ses oiseaux à l’aube, le parfum du lilas.

Pour les 243 années à venir, j’aimerais retourner au Kirghistan et au Costa Rica, construire 14 cabanes dans la forêt de mon papa, aimer toujours autant écrire, contempler une aurore boréale et assister à la fin de la bêtise arrogante. 

Et je suis confiant car le rire des enfants ressemble toujours à une grappe de groseilles rouges.

Bibliographie de ses livres :

Petit lapin rêve de gloire (album jeunesse 3-6 ans 2013, chez Casterman)

Adélaïde, ma petite sœur intrépide (album jeunesse 3-6 ans 2015, chez Casterman)

Le goût sucré de la peur (roman jeunesse 8-12 ans, février 2016 chez Magnard)

Jonas dans le ventre de la nuit (roman jeunesse à partir de 13 ans, septembre 2016 chez Thierry Magnier)

Des vacances d’Apache (roman jeunesse 8-12, mars 2017 chez Magnard)

Les larmes des Avalombres (roman jeunesse 8-12, 2018 chez Magnard)

Mentir aux étoiles (roman jeunesse 8-12, 2018 chez Casterman)

Bigre ! Un tigre ! (album chez l’Elan vert, 2018)

Barnabé n’a pas de plumes ( album chez l’Elan vert, 2018)

La fosse au loup (roman jeunesse 13+, 2018 chez Thierry Magnier)

Ma fugue dans les arbres (roman jeunesse 8-12, 2019 chez Magnard)

Capucine Flutzut (2 tomes : premiers romans avril 2019 chez Rageot)

Sur mon monstre (album 3-6, à paraître en sept 2019 chez l’Elan vert)

Le cercueil à roulettes (roman jeunesse 14+ à paraître en janvier 2020 chez Casterman)

Éditeur de poche : Rageot

Son coups de coeurs en poche :

Désert
Le Clézio

Message perso de l'auteur :

LE livre qui m’a changé, m’a fait disparaître pour la première fois, m’a avalé : Désert de Le Clézio. J’ai senti le sable, sa chaleur, j’ai flotté dans le rêve des mots d’un auteur. C’était la première fois que je découvrais ce que les phrases pouvaient me faire. Je n’ai eu envie d’écrire que des années plus tard, mais je crois que c’est pour tenter, un jour, d’être capable de rendre ce que Le Clézio m’a offert : des heures de tranquille disparition. J’en relis parfois quelques phrases et leur musicalité me bouleverse à chaque fois. J’aime profondément l’homme qui a ouvert ça en moi. Je ne veux pas l’imiter, mais, pour moi, il détient la mélodie parfaite. Flaubert aussi, Céline, Mc Carthy. Et l’histoire pour Sinouhé l’Egyptien de Mika Waltari. André Dhôtel pour la délicatesse. Bon, j’arrête, j’ai du pain sur la planche et je suis affamé.  


Dédicace(s) du samedi

10
10½
11
11½
12
12½
13
13½
14
14½
15
15½
16
16½
17
17½
18
18½
                  
Romans                  
Essais                  
Polars                  
SF                  
Jeunesse                  
Autre                  

Dédicace(s) du dimanche

10
10½
11
11½
12
12½
13
13½
14
14½
15
15½
16
16½
17
17½
                
Romans                
Essais                
Polars                
SF                
JeunesseXXXXXX          
Autre